Amarcord: BOLOGNA-NAPOLI d’il y a de nombreuses années… - 3 février

Scritto da  Feb 03, 2017

 

 

L’adieu de Maifredi avec le Napoli champion d’Italie.

Dimanche 22 avril 1990, au Stade Renato Dall’Ara de Bologne, Bologna et Napoli se rencontrent. Le stade est plein dans toutes ses places ; on a établi le nouveau record des recettes : plus d’un milliard et trois cents soixante-dix millions. Il s’agit de l’avant-dernier match du championnat qui voit le Napoli premier dans le classement et e Bologna déjà qualifié pour la Coppa Uefa 1990-91. Au moins vingt mille supporteurs du Napoli se sont rencontrés pour voir leurs athlètes défendant leurs couleurs et la « curva San Luca» est une tache bleue. Pour ce qui concerne le Bologna, les supporteurs rouge-bleu se sont réunis per dire adieu à leur entraîneur Gigi Maifredi, qui la prochaine saison travaillera pour la Juventus.

Au coup de sifflet de l’arbitre Longhi, c’est le Napoli qui domina les actions et déjà à la 3’ prit de l’avance. L’action se développa sur le côté droite d’attaque du Napoli : Corradini lança Crippa, qui avec un rapide cross su Careca, marqué par le lent Iliev, inventa une virevolte et une estocade de droit dans l’angle supérieur à gauche de Cusin : voilà le but.  Le Bologna n’eut pas le temps de mettre en pratique une contre-offensive que le Napoli redoubla. C’était la 8’ et Maradona, reçu le ballon par une rentrée en touche, fit dix mètres avant de trouver un espace pour un tir sec et bas, qui devint terrible sur la pelouse baignée de pluie, et qui alla aux épaules de Nello Cousin, innocent. Trois minutes après, l’arbitre Longhi nie un pénalty évident au Bologna. Iliev était à terre après un sandwich par Ferrara et Corradini. A la 15’, le Napoli marqua le troisième but. Francini, demanda l’un deux à Careca en recevant de ce dernier un passage merveilleux démarquant de talon : l’arrière bleu sut résister au retour d’un défenseur et à battre Cusin. Le Bologna, après avoir subi trois buts en quinze minutes, était étourdi. Ce ne fut à la 27’ qu’il devint dangereux vers la porte défendue par Giuliani ; malheureusement le tir de l’allemand Wass obtint seulement un tir d’angle. Le Napoli concédait la domination du terrain de jeu au Bologna, en laissant toutes les responsabilités de contenir le résultat à son gardien de but Giuliani. Le gardien de but bleu s’opposa parfaitement à un demi coup de pied retourné de Bonini et au tir-cross successif de Bonetti (37’) et bloqua De Marchi (38’), s’étant libéré au tir au-delà de la défense. Une minute avant la fin de la première mi-temps, Maradona, dans son rôle de défenseur mit à terre Bonetti deux mètres dans l’aire. C’était un pénalty net, mais l’arbitre Longhi le transforme en une faute à faveur du Napoli en accusant le joueur rouge-bleu de simulation. 

Au début de la seconde mi-temps, Giuliani, sur une punition à ras de terre de Giordano, manqua le ballon-savonnette. De Marchi fut rapide à se lancer sur le ballon et à marquer le but : 3-1, 48’. Mais pour les joueurs rouge-bleu ce n’était qu’un feu de paille, car le Napoli domina à nouveau les opérations. Après, voilà deux ou trois frissons passés par Cusin, sur des tirs de Crippa, Alemao et Maradona. On arriva ainsi à la 88’, quand un tir vertical de Maradona trouva Alemao à la limite de la zone de jeu rouge-bleu. Le brésilien résista au retour de Villa, sauta Cusin et marqua le but.   

Pendant que les supporteurs napolitains célébraient le titre de champion, même grâce au résultat de Vérone avec et le Milan battu pour 2-1, Iliev marqua le but du 2-4 dans l’indifférence générale. A la fin du match nous avons vu l’entraîneur Maifredi ému jusqu’aux larmes à la suite de l’adieu affectueux de la foule bolonaise. Par contre, le président Corion, était une furie contre le travail de l’arbitre. Voilà ses mots : « Longhi nous a nié deux pénalties éclatants. Un "accident” qui s’ajoute à ceux des dernières semaines et celui-ci est encore plus grave. Est-il possible que pour le Bologna il y ait toujours des arbitres de mauvaise humeur ? Contre le Milan on a eu Lanese, la semaine dernière à Lecce, nous avons dû subir la mauvaise humeur de Pairetto. Il est temps d’en finir ! ».  

 Écrit par Lamberto Bertozzi - Traduit par Stefania Stefani

 

Le tableau du match :

BOLOGNA–NAPOLI 2-4

Buts : Careca 3', Maradona 8', Francini 15', De Marchi 47', Alemao 83', Iliev 89'.

BOLOGNA : Cusin, Luppi, Villa, Stringara (Geovani 83'), Iliev, Cabrini (Marronaro 68'), De Marchi, Bonini, Waas, Bonetti, Giordano. - Entr. Maifredi.

NAPOLI : Giuliani, Ferrara, Francini, Crippa, Alemao, Baroni, Corradini, De Napoli, Careca (Zola 89'), Maradona, Carnevale. - Entr. Bigon.

Arbitre : Longhi de Rome

  

Légende des photos :

Photo d’ouverture : l’éventail du Bologna 1989-90.

 

Photo à côté: l'entraîneur Luigi Maifredi

Ultima modifica il Sabato, 04 Febbraio 2017 08:41
Stefania Stefani

Dottore di ricerca in Lingue e Letterature straniere, è traduttrice e interprete (francese, tedesco, inglese). Lavora anche come hostess in fiere ed eventi e modella freelance.

E- mail: stefaniastefani@tiscali.it   Facebook: Stefania Stefani