Amarcord: BOLOGNA-JUVENTUS d’il y a de nombreuses années - 26 mai

Scritto da  Mag 22, 2017

 

 

UN SCORE d'un autre âge

Le 6 novembre 1988 au stade Renato Dall’Ara de Bologne, à l’occasion de la cinquième journée de championnat, les joueurs du Bologna rencontrèrent la composition blanc-noir de la Juventus. La Juventus, entraînée par Dino Zoff, était invaincue, et venait d’une victoire et trois égalisations consécutifs; par contre les rouge-bleu de Maifredi, après avoir gagné à Pise, à la première de championnat, venaient de trois défaites consécutives.  

Les plus de 27000 spectateurs accourus au stade n’auraient jamais cru d’assister à un match d’un autre âge.

Après la classique période d’étude entre les deux équipes, le match commença à entrer dans le climat de la compétition. A la 15’ Barros en utilisant un « assist » merveilleux de Altobelli, avec un lob délicieux, ouvrait les réalisations. Une minute après et voilà que les hôtes réclamèrent un penalty inexistant sur Marocchi pour faute du gardien de but Cusin en aire de jeu. L’arbitre Magni ne concéda pas la punition majeure et siffla une punition hors des seize mètres. A la 22’ Maifredi opéra un change qui déséquilibra dangereusement sa composition : Lorenzo, un avant, entra, et De Marchi, un défenseur, sortit. Cette manœuvre incita le Bologna à la recherche de l’égalisation : à la 31’ Tacconi fut appelé à sauver sa cage d’abord sur Bonini et ensuite sur Monza. Les rouge-bleu favorisés par les inspirations de Pecci et de Poli obligèrent la Juventus à s’efforcer au maximum. Dans l’aire blanc-noir se créèrent des situations critiques qui, toutefois, n’aboutirent pas au but. A la fin de l’attaque du Bologna, la Juventus reprit en main le match en se proposant en contre-pied. D’abord on assista à un fente de Marocchi (37’), qui n’eut pas de chance, car Barros arriva en retard, puis, à la 42’, le deuxième but des hôtes. Ce fut Zavarov qui fit le tout, en s’exprimant avec une très bonne qualité avant qu’Altobelli en recueille, de tête, le cross parfait et envoie le ballon aux épaules de Cusin. La fin de la première mi-temps se conclut avec la Juventus qui menait la marque pour 2 buts à 0.

Pendant l’intervalle, deuxième substitution du Bologna : à la place de Stringara, on mit Alessio. Bologna encore plus déséquilibré en attaque pour tenter une remontée difficile.

A la reprise du jeu, après sept de jeu, voilà le troisième but blanc-noir. Le portugais Rui Barros, après un échange à la moitié du champ s’envola sur la ceinture, et tout de suite après être entré dans l’aire de jeu, conclut l’action avec un lob qui, alla d’abord sur le poteau, et qui ensuite carambola contre le corps de Demol, en terminant sa course au fond de la cage. A la 63’ Tricella mit à terre Marronaro en aire avec un penalty sifflé par l’arbitre Magni. Sur le point de penalty, voilà Marronaro et Tacconi, qui se lança en se plongeant, avec une prouesse, dévia le tir de l’aile rouge-bleu en sauvant le résultat. Trois minutes après, ce fut Poli qui ouvra la dispute à nouveau en transformant un passage commode de Pecci avec un beau touche de justesse dans le but de 1-3. Neuf minutes passèrent et Zavarov, sur punition, servit Laudrup seul devant Cusin : une caresse au ballon de la part du joueur danois et voilà que ce fut le 4-1.

A ce moment-là personne aurait mis sa tête sur une possible remontée du Bologna. Personne aurait pensé que la défense de la Juventus aurait pu vivre un moment difficile. Galia, Tricella et De Agostini si trouvèrent désorientés à cause des déplacements des rouge-bleu, qui jouaient avec deux intérieurs et quatre avants. Ce fut Alessio, un ex, qui profita de la légèreté goliardique des joueurs de la Juventus avec un couple de buts. A la 81’, après une descente splendide, Poli effectua un cross vers le centre de l’aire de jeu blanc-noir. Lorenzo réalisa un voile en faveur de Alessio qui, reçu le ballon, l’envoya au fond de la cage défendue par Tacconi avec un diagonal très fort. Bologna-Juventus 2-4. A deux minutes de la fin du match, une énième descente de Fabio Poli qui servit Alessio, à la limite de l’aire, qui, sans scrupules, battit l’ex copain. Pendant que l’arbitre était sur le point de siffler la fin du match, Renato Villa, avec une acrobatie improbable, chercha à rejoindre, en vain, l’égalisation.   

Ecrit par Lamberto Bertozzi – Traduit par Stefania Stefani

 

Le tableau du match :

BOLOGNA-JUVENTUS 3-4

Buts : 15’ Rui Barros, 42’ Altobelli, 52’ (aut.) Demol, 66’ Poli, 75’ Laudrup, 81’ Alessio, 88’ Alessio.

BOLOGNA : Cusin, Luppi, Villa R., Demol, De Marchi (22’ Lorenzo), Monza M., Poli, Stringara (46’ Alessio), Marronaro, Pecci, Bonini. - Entr. Maifredi.

JUVENTUS : Tacconi, Favero, De Agostini, Galia, Brio, Tricella, Marocchi, Rui Barros (83’ Magrin), Altobelli, Zavarov, Laudrup. - Entr. Zoff.

Arbitre : Magni Pier Luigi de Bergame.

 

 

Légendes des photos :

Photo d’ouverture : L’éventail du Bologna édition 1988-89. En haut de gauche à droite : Alessio, Luppi, Lorenzo, Bolpagni, Cusin, Sorrentino, Giannelli, De Marchi, Demol; au centre de gauche à droite: Aaltonen, Bonini, Villa, Pecci, Stringara, Rubio, Marronaro; en bas de gauche à droite : Neri, Bonetti, Poli, Monza.

Photo d’en bas : Fabio Poli, homme « assist » des rouge-bleu.

 

 

Ultima modifica il Sabato, 27 Maggio 2017 07:47
Stefania Stefani

Dottore di ricerca in Lingue e Letterature straniere, è traduttrice e interprete (francese, tedesco, inglese). Lavora anche come hostess in fiere ed eventi e modella freelance.

E- mail: stefaniastefani@tiscali.it   Facebook: Stefania Stefani